Le Mashup pour apprendre autrement !

Film constitué d’échantillons d’images et de sons préexistants assemblés dans le but de leur donner une seconde existence, le Mashup est un excellent levier pour intéresser des jeunes, leur faire manipuler des concepts abstraits par des réalisations pratiques, leur apprendre le langage des images et leur permettre de s’exprimer.

Paroles de jeunes – Morceaux choisis :

« Ça fait du bien de montrer ce que l’on pense, de partager ce que l’on ressent »

« En voyant le résultat, on se dit que l’on est capable de faire plein de choses »

« C’est une nouvelle façon d’apprendre et de retenir les choses »

Et sur le rôle de l’artiste : « Julien, ce n’est pas n’importe qui, il réalise des films et ce n’est pas dans nos habitudes de voir quelqu’un comme lui au collège »


Faire du neuf avec de l’ancien est une pratique artistique ancienne. Toute création se base sur une inspiration nourrie par les œuvres antérieures. Avant les « remixeurs » actuels, des collages ont été réalisés par les dadaïstes, les surréalistes, le pop-art …

Les outils de l’ère numérique rendent aujourd’hui cette activité artistique accessible à tous. Il ne s’agit plus de consommer passivement les images fabriquées par d’autres. Désormais on peut s’approprier les images, leur donner des vies multiples et un sens qui nous parle. Faire du cinéma sans caméra.

 

Le projet pas à pas :

Dans un premier temps, les jeunes de 3ème du collège Saint-Pie X de Domont ont eu une présentation de films mashup réalisés par des artistes de sensibilités différentes, suivie de discussions.

Puis, en petits groupes, ils ont cherché des images du domaine public en lien avec leur programme d’histoire, ont été initié aux outils de montage et ont commencé l’assemblage et la réappropriation de ces images :

  • Créer de nouvelles significations à ces images en les rapprochant par le montage à d’autres images
  • Provoquer des rencontres entre ces images muettes et des sons, des voix, des musiques, des commentaires provenant d’autres sources
  • Trouver une idée directrice à tous ces collages, un sens au film réalisé

Ils ont pris connaissance des faits mais aussi du recul et recherché des éléments complémentaires pour s’exprimer, avec gravité ou humour sur des sujets difficiles. Ils ont ainsi pris conscience leurs capacités et les ont exposées.

 

Ce projet a été co-construit avec la Fondation Foujita.

 

L’intervenant

Julien Lahmi, réalisateur, travaille sur les frontières entre fiction et documentaire depuis 14 ans. La Montagne au Goût de Sel, son précédent film ainsi réalisé, a été sélectionné au MashUp Film Festival du Forum des Images. A côté de son travail personnel, il met ses compétences de cinéaste au service de l’éducation à l’image.